lunes, abril 15

la chasse à l’homme continue pour retrouver le suspect de la fusillade qui a fait dix-huit morts

La traque se poursuit pour retrouver le suspect de la fusillade qui a fait dix-huit morts et treize blessés dans le nord-est des Etats-Unis. La police est ainsi intervenue sans succès, jeudi 26 octobre en soirée, dans la maison de la famille du suspect, au lendemain de la 36e et pire tuerie de masse du pays de 2023.

« Sortez s’il vous plaît », a lancé dans la nuit au mégaphone la police en direction d’une maison de Bowdoin, à une vingtaine de kilomètres de Lewiston. C’est dans cette ville de taille moyenne du Maine, sur la côte est américaine, qu’un tireur a semé la mort mercredi soir dans un bowling et un bar-restaurant.

L’auteur présumé des faits a été identifié par la police comme Robert Card, 40 ans. « Armé et dangereux » selon les autorités, c’est un réserviste de l’armée. Une photo diffusée par la police montre un homme vêtu d’un haut marron entrant dans le bowling, fusil de type semi-automatique à l’épaule.

Lire aussi : Etats-Unis : un tireur tue dix-huit personnes à Lewiston, dans le Maine

Au-dessus de l’une des habitations visées par les forces de l’ordre jeudi soir, des drones et des hélicoptères volent. Des véhicules blindés ont aussi été appelés en renfort. « Nous aimerions vous parler », crie au mégaphone la police, sans qu’on ne sache à qui, précisément, ces propos sont adressés. Les forces de l’ordre sont reparties sans faire de déclarations aux journalistes – en nombre sur place – et les autorités ont semblé doucher les espoirs que le suspect identifié ait été localisé.

« Nous ne savons pour l’instant pas si Robert Card est dans l’une des maisons qui sont perquisitionnées par les forces de l’ordre » avait écrit la police d’Etat du Maine sur X (ex-Twitter), évoquant « plusieurs mandats de perquisition » dans le cadre de l’enquête.

« Il connaît chaque recoin derrière lequel se cacher »

Richard Goddard, qui habite sur la route où se déroulaient les recherches à Bowdoin, a déclaré qu’il connaissait la famille Card et que le suspect était familier des lieux « C’est son terrain de prédilection. Il a grandi ici. Il connaît chaque recoin derrière lequel se cacher, chaque fourré », a-t-il déclaré à l’agence Associated Press.

Les autorités sont lancées depuis plus de vingt-quatre heures dans une immense chasse à l’homme au milieu d’un territoire rural et boisé. Les habitants ont ainsi reçu l’ordre de se confiner chez eux, transformant Lewiston en ville fantôme. Les écoles ont fermé leurs portes, les commerces aussi, et le parking du lycée a été investi par des policiers en treillis, armés jusqu’aux dents.

La voiture du suspect a été découverte près d’une rampe de mise à l’eau près de la rivière Androscoggin, qui se connecte à la rivière Kennebec, et son bateau de 4,5 mètres est toujours porté disparu, a déclaré Ryan Smith, responsable de la station de garde-côte de la ville de Boothbay. Après des heures de recherche le long de la rivière Kennebec, les autorités n’ont rien trouvé de concluant, a-t-il dit, précisant que les autorités ne disposaient d’aucune information spécifique indiquant que le suspect avait pu s’échapper à bord de son bateau.

L’Agence des services frontaliers du Canada a émis une alerte à ses agents stationnés le long de la frontière canado-américaine, les avertissant d’être à l’affût.

Trois blessés encore dans un état critique

« C’est un jour noir pour le Maine », a déclaré jeudi Janet Mills, la gouverneure de l’Etat du Maine, en annonçant le très lourd bilan. Sept personnes – une femme et six hommes – ont perdu la vie au bowling, huit dans un restaurant à une douzaine de minutes de là, et trois à l’hôpital. Huit personnes blessées, dont trois dans un état critique, étaient hospitalisées jeudi après-midi, ont dit des responsables.

Le Monde Application

La Matinale du Monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Télécharger l’application

Les autorités n’ont pas communiqué les identités des victimes, mais parmi les vies fauchées au restaurant figure celle de Joseph Walker, 57 ans, qui travaillait dans l’établissement, a déclaré à plusieurs médias américains son père. Selon lui, la police a confié à la famille que son fils avait tenté d’arrêter le tueur avec un couteau de cuisine avant d’être tué.

Joe Biden a déploré jeudi matin un acte « tragique et insensé » et ordonné la mise en berne des drapeaux sur les bâtiments fédéraux. « Une nouvelle fois, notre nation est en deuil », a déploré le président américain, appelant le Congrès à adopter « une interdiction des armes d’assaut » – énième appel du genre par le démocrate malgré une majorité introuvable depuis des décennies pour un tel changement de législation. Lors d’une conférence de presse jeudi soir, un élu démocrate de la circonscription qui inclut Lewiston a annoncé changer d’avis à la lumière de cet événement et soutient désormais une telle mesure.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Mark Bryant, l’Américain qui prend la mesure des fusillades de masse

La tuerie de mercredi est la pire aux Etats-Unis depuis celle de l’école d’Uvalde au Texas, où un tireur avait abattu dix-neuf enfants et deux enseignantes en mai 2022.

Le pays paie un très lourd tribut à la dissémination des armes à feu sur leur territoire et à la facilité avec laquelle les Américains y ont accès. Les Etats-Unis comptent davantage d’armes individuelles que d’habitants. Hors suicides, plus de 15 000 personnes sont mortes dans des violences par armes à feu depuis le début de l’année dans le pays, et l’attaque de mercredi est la plus meurtrière enregistrée sur la période, selon l’association Gun Violence Archive (GVA).

Le Maine est l’un des Etats avec le taux d’homicide par habitant le plus faible, et les dix-huit morts de mercredi représentent, selon l’association Everytown, davantage que la moyenne annuelle d’homicides par arme à feu dans l’Etat.

Lire aussi : Tuerie d’Uvalde : la réponse policière « chaotique » et « apathique », selon un rapport d’enquête parlementaire

Le Monde avec AP et AFP